10.04.2017

Rénovation urbaine : l'indispensable retour de l'État

Le programme national de rénovation urbaine est un succès reconnu. Il a permis un vrai progrès des conditions de vie des habitants des quartiers concernés. Au regard des besoins, les moyens très conséquents déployés (12 milliards de subventions pour 42 milliards d’investissements) se sont néanmoins révélés insuffisants. C’est pourquoi, la décision de lancer une deuxième phase du plan pour ces quartiers, le nouveau programme de rénovation urbaine, est apparue indispensable.
Les moyens consacrés apparaissent toutefois là encore très insuffisants. La raison en est bien connue. L’effort financier repose presque exclusivement sur les épaules d’Action Logement dont les ressources ne suffisent pas. Comment comprendre que sur un tel sujet, au coeur du malaise de notre société, l’État, au plan financier, soit désormais absent ?
La demande d’un doublement des moyens du NPNRU afin qu’ils atteignent ceux du premier programme de rénovation urbaine, nécessite l’assurance d’un retour de l’engagement réel et pérenne de l’État. C’est pourquoi, les Présidents de l’Union sociale pour l'habitat et d’Action Logement demandent que la politique de rénovation urbaine soit reconnue comme une priorité nationale et que l’État affiche sans ambiguïté son retour financier, à parité avec Action Logement.