Convention pour le logement des sapeurs-pompiers volontaires

Pour pérenniser le volontariat chez les sapeurs-pompiers, l'Union sociale pour l'habitat a co-signé, le 22 juillet 2015, une convention pour faciliter l'accès des sapeurs-pompiers volontaires à des logements sociaux situés près de leur centre de secours d'affectation.

Entrainement d'un sapeur-pompier © Davric

La pérennisation du volontariat chez les sapeurs-pompiers est devenue un enjeu majeur, notamment dans les territoires ruraux. Or leur nombre a plutôt tendance à diminuer (alors qu’ils représentent 80% des effectifs de sapeurs-pompiers). L’objectif est de porter leur nombre de 193 000 à 200 000 volontaires en 2017. Pour cela, il faut des mesures incitatives, notamment en matière de logement, comme l’illustre la convention, signée le 22 juillet entre l’Union sociale pour l’habitat, les ministères de l’Intérieur et du Logement, l’ADF, le Conseil national des sapeurs-pompiers volontaires et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. Celle-ci vise à rapprocher le domicile des sapeurs-pompiers volontaires de leur centre de secours d’affectation, ce qui reste difficile dans les zones tendues.

Ainsi, les partenaires s’engagent à faciliter l’accès aux logements sociaux situés à proximité des centres d’incendie et de secours. Des bonnes pratiques existent déjà en la matière avec des organismes d’Hlm comme dans les Hautes-Alpes, avec l’OPH 05, Erilia et Immobilière Rhône Alpes, où un dossier a pu aboutir ; en Seine-et-Marne, où des contacts ont été noués avec l’OPH Val de Loing et les Foyers de Seine-et-Marne ; dans le Lot, où une bourse au logement a été développée par Lot Habitat ; dans l’Aude, avec Habitat Audois, dans le cadre d’un accord non formalisé ; dans le Rhône où une convention entre le service départemental d’incendie et de secours et l’Opac du Rhône favorise l’accès aux logements sociaux ; dans le Puy-de-Dôme où une convention est en cours avec l’Ophis.

Cet article est extrait du n°1017 d’Actualités habitat du 30 juillet 2015.

Vous pouvez en consulter le sommaire sur le Centre de ressources et vous abonner.