L’observation contemporaine des marchés locaux de l’habitat : quatre initiatives observées

La journée du réseau des acteurs de l'habitat du 14 novembre 2013 avait pour thème "Observer pour décider : une exigence partagée par les territoires ?" Retour sur un des 4 thèmes de la journée par Nicolas Cuervo.

Les cinq interventions faites dans cet atelier présentent un parcours riche en détails de l’histoire et des initiatives contemporaines d’observation des marchés locaux du logement et de l’habitat. Le parcours professionnel d’une experte du secteur, qui a travaillé dans une agence d’urbanisme, dans une agglomération et en tant que consultante, a ouvert la discussion. Elle a évoqué les premières expériences de l’observation, son enrichissement progressif et les enjeux contemporains.

Pour l’observation d’aujourd’hui, l’éparpillement des données, les capacités inégales de traitement des informations de la part des différents utilisateurs et la moindre disponibilité des analyses de base préconstruits ont été désignés comme les principaux enjeux. Les principes de base et la mise en œuvre des observatoires locaux de loyers ont été aussi évoqués. La nature de la démarche, qui veut construire un tronc commun des informations sur le secteur locatif avec une architecture de l’observation qui laisse la place aux spécificités locales, a été présentée. Ainsi que quelques éléments de l’agenda, autant pour la diffusion des premiers résultats que pour la généralisation du dispositif d’observation aux autres territoires.

L’animation des observatoires a été ensuite abordée, à travers le cas des observatoires partenariaux conduits par l’agence d’urbanisme de Toulouse. Les formats d’échange utilisés et les modalités de travail qui permettent le débat sur le chiffre et construire une intelligence collective ont été au centre de la discussion.

Les observatoires professionnels de l’immobilier ont été aussi mis sous la loupe avec la présentation d’un de ces responsables. Les indicateurs récoltés, les raisons qui expliquent son émergence et les principes de diffusion des données ont été évoques. Finalement, les enjeux de l’observation pour une agglomération moyenne, sans tradition dans ce domaine ni observatoire consolidé, ont été exposés. Le marché du logement du Grand Poitiers pose aux responsables politiques des questions différentes de celles de grandes villes. Ce n’est pas le cas d’un marché tendu, mais d’une ville à dynamique positive de la population et des emplois, où certains secteurs de la ville présentent de la vacance et des délais croissants de commercialisation.

L’institution de portage de l’observation fait débat, en absence d’une agence d’urbanisme sur le territoire. Les échanges avec la salle ont été animés, autant sur les enjeux d’articulation des informations en provenance des différents sources que sur le rôle souhaitable des différents acteurs (publics et privés ; locaux et nationaux) qui permettent une meilleure observation et compréhension des marchés locaux de l’habitat.