"La baisse des aides à la personne: une impasse inacceptable"

La tribune de Jean-Louis Dumont extraite du n°4 d'Echo Hlm, la lettre d'information aux élus et partenaires de l'Union sociale pour l'habitat.

Répondre aux besoins en logement des familles disposant de revenus modestes, dont le nombre ne cesse de progresser avec la crise, est au coeur des préoccupations du Mouvement Hlm. Maîtrise des coûts de production, mise en oeuvre de la mutualisation Hlm, développement des logements dits "PLAI-Hlm" à très bas loyers… sont autant de propositions que nous avons portées et que nous mettons en oeuvre.

L’enjeu est aussi très fort sur le parc existant, pour augmenter et redéployer une offre à bas loyers sur l’ensemble du territoire.

Évaluer les marges de manoeuvre possibles

L’Union sociale pour l’habitat a engagé un travail de préfiguration avec une dizaine d’organismes, afin de pouvoir rapidement formuler, à partir de situations concrètes, des préconisations d’évolutions réglementaires et législatives pour mener, à masses constantes, d’éventuelles révisions des politiques des loyers lors des remises en location.

Ce travail doit être mené avec diligence et rigueur. Il touche à l’équilibre entier d’un secteur qui accueille plus de 4 millions de ménages et mobilise près de 100 milliards d’épargne populaire via le livret A dont le remboursement est assuré par les loyers.

Il ne peut cependant s’agir de définir un loyer qui varierait selon les ressources du ménage logé. Une telle évolution démantèlerait le modèle économique du logement social et fragiliserait, outre les organismes Hlm, les milliers de collectivités locales qui se sont portées garantes de leurs opérations et les équilibres du Fonds d’épargne de la Caisse des Dépôts.

De surcroît, elle ferait disparaître, pour les locataires, toute notion de "valeur objective" du bien qu’ils occupent, ce qui serait totalement préjudiciable à la qualité des rapports locatifs.

Le rôle essentiel des aides à la personne

Le modèle économique Hlm repose sur deux piliers : les loyers, qui sont plafonnés par la loi, et les aides à la personne qui peuvent, en fonction de leur situation, solvabiliser les ménages. L’important est donc le bon ajustement entre les loyers Hlm et les APL. Car l’ajustement des loyers aux revenus, c’est précisément la fonction des APL.

Alors que la situation des locataires du parc Hlm ne cesse de se fragiliser, le maintien du pouvoir solvabilisateur des APL est indispensable et indissociable de notre action sur les loyers. La baisse des crédits des aides à la personne est une piste inacceptable qui remettrait tout simplement en cause la capacité de centaines de milliers de familles à se loger.

 

Jean-Louis Dumont
Président de l'Union sociale pour l'habitat

Tribune extraite du numéro 4 d'Echo Hlm, la lettre d'information du Mouvement Hlm à destination des élus et partenaires.