Désintox 24.02.2017

Quand le 20H de France 2 livre une vision caricaturale et orientée du logement social

Édifiante démonstration de l'"expert" économique de France 2, Jean-Paul Chapel, au journal de 20h du 23 février 2017 (intervention à 7min40 - 8min53 du replay)

Reprenons.

Non, Monsieur Chapel, on ne peut pas faire semblant de "découvrir" qu'un locataire Hlm dispose d'un droit au maintien dans le parc Hlm à durée illimitée, dès lors qu'il reste dans les limites inscrites dans la loi. C'est même l'un des principes fondamentaux du logement social, consacré par la loi : la mission des organismes Hlm est de protéger des millions de personnes aux revenus modestes de la précarité, et le principe d’un maintien dans le parc Hlm, sous conditions bien entendu, a été un progrès social incontestable. 

Non, Monsieur Chapel, on ne peut pas qualifier d'"abus" une situation marginale prévue et encadrée par la loi, qui spécifie que les personnes respectent des plafonds de revenus à l’entrée dans le parc et se voient imposer un surloyer si un jour leurs ressources dépassent ce plafond; voire même doivent quitter ce logement si le dépassement devient important. Et lorsque l’on veut faire une présentation honnête des choses, on ne prend pas pour seul exemple les plafonds de ressources parisiens, qui sont, du fait du coût de la vie, bien supérieurs aux plafonds de ressources en province. Soyez assuré que le secteur du logement social respecte des règles d’attribution (plafonds de ressources à l'entrée) et de loyers plafonds et qu'il est très contrôlé.

Non, Monsieur Chapel, 77000 logements vacants sur un total de 4,3 millions, soit moins de 3%, ça n'est pas un taux de vacance anormal : il existe une vacance "frictionnelle", qui apparaît mécaniquement lorsque se libère un logement. A cela s’ajoute la vacance liée aux opérations lourdes de réhabilitation que conduisent les organismes Hlm pour entretenir leur parc. Et oui, il existe aussi, notamment dans les anciennes régions industrielles, des logements disponibles. Car, voyez-vous, les logements construits dans les années 1970 ou 1980 ne sont pas faciles à déplacer dans Paris intra-muros, ils ne sont pas sur roulettes ! Rappelons en passant que la vacance est bien supérieure dans le parc privé que dans le parc social. L’INSEE évalue à 2 millions le nombre de logements aujourd’hui vacants en France, pour l’essentiel privés.

Monsieur Chapel, la prochaine fois, rappelez-nous, et on prendra le temps nécessaire pour vous expliquer les choses et pour être certains, mais alors vraiment certains, que vous compreniez de quoi vous parler.

La Cour des Comptes fait des préconisations. Elles s'inscrivent dans le débat public. Votre rôle, votre responsabilité est d'éclairer le citoyen, a fortiori en période électorale. Or, force est de constater que vous avez dérogé à cette mission en caricaturant les faits.