14.08.2014

Habitat participatif et coopératif : l'implication des organismes Hlm

Vincent Lourier, directeur de la Fédération nationale des Sociétés coopératives d'Hlm

Sans remonter aux "Castors" qui, dans les années 50, se regroupaient pour se donner les moyens de construire leurs logements, de nombreux groupes d'habitants se sont constitués dans les années 70 et 80 avec pour ambition de développer des habitats "autogérés". Plus d'une centaine d'opérations auraient ainsi vu le jour, principalement du fait de personnes ayant un profil social et culturel homogène mais également dans le logement social, avec une pérennité aléatoire. Ce mouvement a acquis une nouvelle vigueur dans les années 2000, en évoluant dans ses attendus, sous deux effets : la crise du logement et l’impulsion des collectivités locales.  

La rencontre de collectifs de citoyens et de volontés politiques a conduit à une réelle effervescence, mais les organismes Hlm ne sont pas restés en marge de ce mouvement, bien au contraire. Ce sont vers eux que, spontanément ou conseillés par les collectivités locales, des groupes d’habitants se sont retournés pour s’appuyer sur une expertise considérée comme "neutre" ou permettre cette mixité sociale recherchée par l’inclusion dans le projet de logements locatifs sociaux. Le partenariat avec un organisme Hlm peut aussi faciliter l’accès au foncier et la négociation avec les élus locaux. La loi ALUR facilite d’ailleurs ces collaborations en sécurisant les relations juridiques et économiques entre les groupes et les organismes.

Pour les organismes, appuyer ces opérations revient à s’impliquer dans des projets encore expérimentaux, consommateurs de temps et d’énergie, mais pouvant enrichir la maîtrise d’ouvrage en y intégrant le regard de l’habitant. Plus encore, faciliter ces projets peut contribuer à redynamiser le tissu urbain local et à encourager une nouvelle citoyenneté. Encore faut-il que l’organisme trouve sa juste place par rapport aux habitants, en respectant leur légitimité tout en introduisant la dose nécessaire de réalisme dans leurs attentes. C’est l’objet du guide coédité par la Fédération nationale des sociétés coopératives d’Hlm et l’Union sociale pour l’habitat en 2011.

A ce jour, plus de 30 projets d’habitat participatif se développent avec l’appui d’un organisme Hlm, aussi bien en accession sociale à la propriété qu’en mixité accession/locatif. Encore balbutiant, le mouvement de l’habitat participatif pourrait être appelé à se développer fortement dans les prochaines années, et ce d’autant plus que les derniers freins non levés par la loi ALUR seront réglés par les pouvoirs publics. Le Mouvement Hlm a un rôle essentiel pour accompagner ce mouvement et en garantir la mixité sociale.

 

Vincent Lourier
Directeur de la Fédération nationale des Sociétés coopératives d'Hlm

Cet article est tiré du n°994 d’Actualités habitat. Vous pouvez en consulter le sommaire sur le Centre de ressources et vous abonner.