Architecture de la transformation : transformer le bâti ancien en logements

Le Moniteur consacre un dossier aux 5 projets lauréats de l'appel à projets "Architecture de la transformation", lancé par la Caisse des Dépôts et l'Union sociale pour l'habitat.

Batigère Nord-Est a déjà réhabilité d'anciennes casernes pour en faire des logements, rapporte Le Moniteur, et connaît donc bien les obstacles que cela représente : mal isolés thermiquement, avec des volumes trop grands, ces lieux n'ont pas été conçus pour l'habitation, et de telles rénovations coûtent cher, plus cher parfois que de construire du neuf.

Le bailleur s'est associé avec les écoles nationales supérieures d'architecture (Ensa) de Nancy et Strasbourg pour créer un "laboratoire du logement" sur l'ancien site du Centre hospitalier universitaire de Nancy, cinq hectares en friche que Batigère compte réhabiliter. Une partie du site, un ancien sanatorium du début du XXè siècle, a donc été confiée aux doctorants et jeunes diplômés. Après une phase d'hypothèses, "ils sont passés à l'acte et, avec des panneaux de bois, ont construit trois prototypes d'appartements à l'échelle 1 au rez-de-chaussée de l'édifice", raconte Lorenzo Diez, directeur de l'Ensa de Nancy, "ainsi les questionnements sont devenus plus réels".

Plusieurs propositions ont été mises à l'épreuve : l'utilisation de la hauteur sous plafond pour créer des mezzanines a convaincu Sébastien Tilignac, directeur-général adjoint de Batigère Nord-Est, mais les tests d'espace modulable l'ont laissé sceptique : le système de plateforme mobile capable de glisser au-dessus du salon pour mettre à disposition une "pièce" supplémentaire nécessiterait une évolution de la réglementation et un calcul fin de l'intégration de ces surfaces nouvelles au loyer : "La profession n’est pas prête à s’engager sur cette voie, qui demande à être encore travaillée. Dans l’ensemble, on ne peut de toute façon pas encore vraiment parler de résultats et l’expérimentation doit se poursuivre". 

Principal enseignement : "montrer que le 'ça n'était pas prévu pour ça' n'est pas une fatalité", comme le souligne Lorenzo Diez, qui espère pouvoir lancer d'autres expérimentations sur le thème de la transformation et de l'habitat impliquant les écoles d'architecture.

précédentesuivante