Architecture de la transformation: un Hack'Archi du logement social innovant

Les 5 et 6 décembre derniers, les étudiants à l’école d’architecture de Belleville à Paris se sont penchés sur la question du logement social innovant.

Le Moniteur raconte ce premier « Hack’Archi ». 

La Caisse des Dépôts et l’Union sociale pour l’habitat souhaitent inciter les bailleurs sociaux à être plus innovants. Dans le cadre de l’appel à projet "Architecture de la transformation" lancé en septembre dernier, ils ont présélectionné 16 dossiers parmi ceux soumis par les bailleurs. Vendredi 5 et samedi 6 décembre, 80 étudiants se sont réunis à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville pour les enrichir et les challenger.

Aquitanis a lancé les étudiants sur une Maison des chantiers pour une ZAC en Gironde, avec "l’idée de construire avec les ressources locales" à savoir du pin, de l’argile et de la ouate de cellulose de pin. L’équipe étudiante imagine un bâtiment qui pourra évoluer au fil des années et réalise un prototype de mur en argile à l’échelle 1.

Sabine Parnigi-Delefosse, directrice de projets au département de la stratégie du Groupe Caisse des dépôts, raconte que "beaucoup des équipes ont travaillé une partie de la nuit de vendredi à samedi. Cela a été assez éprouvant, mais aussi très stimulant". Les équipes étudiantes ayant travaillé sur les projets des bailleurs Néotoa, Actis et Estuaire de la Seine, ont été distinguées par un jury, et l’ensemble des bailleurs sont repartis avec de nouvelles pistes en poche pour leur projet. Ils passeront à leur tour devant le jury en février, où le Groupe Caisse des dépôts et l’Union sociale pour l’habitat accompagneront alors les 5 projets choisis dans leur mise en œuvre.

Pour les étudiants, c’est la fin du Hack’Archi, mais Sabine Parnigi-Delefosse assure que "des propositions de stage ont été faites", et tous repartent avec une compréhension nouvelle du secteur, comme en témoigne Martin Filliatre, qui a travaillé sur le projet SNI Ile-de-France : "Nous savons mieux désormais quelles peuvent être les attentes et les problématiques de bailleurs sociaux".

précédentesuivante