COP21 : la rénovation de l’habitat contre le réchauffement climatique

Dans la cité minière de la Solitude à Vieux-Condé, le bailleur Sia Habitat a mené un vaste programme de rénovation depuis 2011. Au programme, une facture de chauffage et des émissions de gaz à effet de serre divisées par deux.

La rénovation de l’habitat est un enjeu majeur de la lutte contre le réchauffement climatique. Dans le Nord Pas-de-Calais, où l’habitat est la 2e cause d’émission de gaz à effet de serre, France 3 Nord Pas-de-Calais s’est intéressé à la rénovation de la Cité de la Solitude à Vieux-Condé.

Les habitants des 170 logements de la cité ont tour à tour dû quitter leur logement pour deux mois, le temps de la rénovation. Nouvelles toitures, isolation des combles, des escaliers et des murs, remplacement des fenêtres et installation de chaudières à condensation : seuls les murs extérieurs, classés au patrimoine mondial de l’humanité, sont restés. Seule la partie des logements abritant la cuisine et la salle de bains a pu être isolée par l’extérieur. L’extension, datant seulement de 1985, ne rentre pas dans le cadre du classement de l’UNESCO.

Parce que les travaux ne suffisent pas, les habitants ont été sensibilisés aux économies d’énergie et mis à contribution pendant et après les travaux : Léon, qui occupe la même maison depuis près de 50 ans avec sa femme Annie, s’est ainsi porté volontaire pour être référent des travaux auprès des autres habitants et les aider à vaincre leurs réticences. Depuis, il continue sa mission en contrôlant par exemple que les bardages extérieurs des extensions restent en bon état.

Aujourd’hui, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de moitié et les locataires ont pu diviser quasiment par 2 leur facture de chauffage. Le diagnostic énergétique est passé du bas de l’échelle à la classe B, avec un label BBC rénovation. Les habitants se réjouissent d’occuper des logements à la fois plus confortables et moins coûteux.

Les bailleurs n’atteindront pas l’objectif de 800 000 logements rénovés, pour passer a minima de la classe E-F-G à la classe C, d’ici 2020 fixé par le Grenelle de l’environnement, mais la machine est en route. Sia Habitat rénove en ce moment cinq autres cités minières, pour un coût compris entre 50 et 60 000€ par maison, à la cadence de 500 logements par an. Marie-Pierre Duveau, responsable de la rénovation urbaine chez Sia Habitat, entend bien "tendre vers la rénovation de toutes ces cités minières" et "espère réaliser tout cela d’ici 2022, peut-être 2023 ou 2024".

précédentesuivante