Quelle place pour les quartiers dans la présidentielle 2017 ?

Plus de 5 millions de Français sont rassemblés dans un peu plus de 1400 quartiers prioritaires. Le 9 février 2017, Guillaume Erner s’est entretenu dans son émission radio “Les Matins” de France Culture avec Marie-Hélène Bacqué, sociologue et urbaniste, professeur à l'université Paris Ouest Nanterre sur la place des quartiers dans la présidentielle 2017.

Déjà peu présente en 2012, la question des quartiers est "absente" du débat politique. La tension ne fait que s’accroitre, on le constate à travers les violences policières et autres faits d’actualités. Les responsables politiques ne se sont pas investis du sujet, on ressent le poids de la discrimination qui touche ces quartiers populaires et en particulier les jeunes, explique la sociologue. "Quand on écoute les programmes ou ce qu'on en sait aujourd'hui et puis les débats des primaires, la question des quartiers a été très, très peu évoquée. Or derrière la question des quartiers populaires, il y a la question de la place des classes populaires aujourd'hui en France et de leur représentation dans le système français. [Les] politiques de la ville ne peuvent pas juguler la crise économique et si on se posait simplement comme objectif pour le prochain quinquennat d'arriver donc au droit commun dans ces quartiers, c'est-à-dire à l'égalité des services publics, et si ça devenait un objectif interministériel, je crois que déjà on aurait beaucoup avancé". Il faut repenser l’égalité "plutôt que d'avoir une politique spécifique, et bien faisons en sorte que les politiques publiques soient des politiques égalitaires". Marie-Hélène Bacqué confirme que l'un des enjeux, aujourd'hui, est de redonner aux habitants des quartiers populaires une  voix et une capacité d'intervention dans ces politiques publiques. Elle attire aussi l’attention sur le fait que le télescopage d’informations des quartiers décrits comme des zones sensibles est très problématique parce qu'il contribue encore une fois à montrer ces quartiers populaires comme étant des quartiers à problème.

Pour rappel, l’Union sociale pour l’habitat a organisé, le 17 janvier dernier, une journée de mobilisation pour faire des quartiers un sujet de la campagne électorale. Le colloque intitulé "Place à nos quartiers" a été l’occasion de promouvoir un manifeste en faveur des quartiers et de lancer la campagne “Oui au logement social”.  Les habitants et les acteurs des quartiers s’engagent, innovent, pour un développement urbain, économique et solidaire des quartiers. Ils doivent avoir les mêmes chances de réussite que les autres.

précédentesuivante