Rénovation urbaine 01.03.2012

Vers un second Programme de rénovation urbaine (PNRU)

L'Union sociale pour l'habitat présente ses idées-force pour un second Programme national de rénovation urbaine, en relais indispensable du PNRU qui touche à sa fin en 2013.

Les projets de  rénovation urbaine ont redonné un avenir à des territoires qui étaient en rupture. Cependant, la dynamique d’intégration urbaine qui a été engagée est loin d’être aboutie et les premiers résultats sont fragiles. La transformation urbaine des quartiers est un chantier au long court qui nécessite une politique publique de rénovation urbaine dans la durée.

Aussi le Mouvement Hlm plaide-t-il pour un PNRU 2 dans la continuité, s’appuyant sur les savoir-faire que les collectivités locales et les organismes Hlm ont développés à l’occasion du PNRU 1, dans les domaines du relogement et de la mobilité des ménages vulnérables, du travail en mode projet, de la gestion de projets complexes aux plans humains et opérationnels et de la culture urbaine appliquée au renouvellement de la ville sur elle-même.

Pour le Mouvement Hlm, les idées-forces de ce second programme pourraient être les suivantes :

1- Un programme national resserré, ciblant les quartiers du PNRU 1 qui nécessitent une seconde phase, soit environ 260 sites (les plus grands quartiers). Le programme pourrait viser également quelques quartiers supplémentaires connaissant un processus de dégradation, tant urbaine que sociale (une cinquantaine) et devrait englober les phénomènes de copropriétés privées dégradées.

2- Des périmètres géographiques d’intervention adaptés à la démarche de projet et aux leviers d’actions, dépassant les limites strictes des Zones Urbaines Sensibles (ZUS). 

3- Une amplification de la dynamique de changement par des actions de diversification vigoureuses, inscrites dans un schéma de référence urbain à long terme (accession sociale, reconversion de certains immeubles, vente aux occupants, immobilier d’activités  ….), avec des objectifs de diversification opposables au Programme local pour l'habitat (PLH) et au Plan local d'urbanisme (PLU), une reconstitution de l’offre essentiellement hors site et des actions de développement économique.

4- Une prise en compte de la diversité des contextes dans lesquels les quartiers évoluent aujourd’hui, notamment en termes de marché et de potentialités de leur environnement,  exigeant une attention particulière aux enjeux de gestion de proximité et  de fonctionnement social du quartier.

5- La nécessité de politiques d’attribution du parc hlm concertées, visant l’équilibre social, ayant une vigilance sur l'orientation de l’accueil des publics prioritaires Dalo (Droit au logement opposable) et s’intégrant dans des stratégies d’agglomération.

6- La mise au point de nouveaux montages financiers, avec des modèles différenciés selon les contextes et l’attractivité, faisant référence à  la notion de bilan global d’aménagement.

7- Le programme national devrait inclure un dispositif garantissant la continuité et préservant l’équilibre atteint entre les rôles du national (Agence Nationale de la Rénovation Urbaine) et du local (rôle majeur des collectivités locales, porteurs des projets).

8- Une gouvernance locale prévoyant un rôle plus affirmé des Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) aux côté des communes, une place plus reconnue des habitants, un inter-organisme plus structuré et une plus forte articulation entre projet urbain et projet social.

Le Mouvement Hlm se prononce également en faveur d’une politique de la ville et de cohésion sociale qui soit à la hauteur des enjeux, condition indispensable à la réussite des actions dans les quartiers. Une grande ambition est à fixer dans ce champ à travers des programmes locaux de développement social et urbain centré sur l’éducation, l’emploi, la santé et la sécurité.